Chronique 9 : Deux clientes se disputent…

Publié le par TEDDY, le Super caissier

 

dispute.gif

J’ai remarqué une chose chez les clients : ils sont de plus en plus pressés ! Ca donne de drôles d’aventures !

Deux clientes de différente classe sociale allait se trouver à ma caisse. L’une faisait partie de la classe moyenne, Madame M, et l’autre semblait faire partie de la classe bourgeoise, Madame B. Je passais les achats de Monsieur X. Madame M commença à disposer ses courses sur le tapis : « Zut, j’ai oublié quelque chose. Je peux aller le chercher ? J’en ai pour quelques secondes.
- Allez-y madame. Je finis avec Monsieur, et je commencerais à passer vos courses. »
Pendant ce temps là, une autre cliente arriva. Elle attendait le retour de Madame M. Puis, Madame B parvint à son tour. Cependant pour celle-ci, il était hors de question d’attendre !
« Je peux passer devant vous. Je n’ai pas grand chose.
- Allez-y. Mais il y a quelqu’un devant moi.
- Merci. »
Elle s’installa. Seulement, elle disposa ses courses devant celles de Madame M.
« Elle n’est pas gênée de laisser ses courses là et de repartir dans les rayons….
- Excusez-moi Madame, vous parlez de moi ? »
C’était Madame M qui avait tout entendu et prit la parole.
« Je suis navré de vous dire que j’ai demandé à Monsieur si je pouvais aller chercher une bricole que j’avais oubliée en rayon. Alors vos commentaires, vous pouvez vous les garder.
- Ne vous énervez pas, je n’ai rien dit de mal.
- Vous ne dites rien de mal, pourtant vous osez critiquer sans savoir la raison de mon départ vers les rayons. Mais j’ai oublié, j’ai affaire à une Dame. Veuillez m’excuser MADAME!
- Je ne vois pas le rapport.  Et puis ça ne sert à rien de discuter avec vous. Vous commencez à être grossière…. »
Je m’engageais à passer les courses de Madame M comme c’était prévu.
« Vous voulez que je sois grossière. Pour l’instant, je ne le suis pas, mais je pourrais très bien l’être. N’est ce pas Madame Pète-cul, qui se la raconte avec son manteau, son maquillage et son rouge à lèvres…
- Je ne vous permets pas de me parler comme ça…
- Et bien moi je me le permets ! Madame Pète-cul ! »
Je ne savais où donner de la tête. J’avais tous les clients du magasin qui regardaient en direction de ma caisse. Ma collègue de devant riait sans se faire voir. Lorsqu’elle s’était retournée, son visage était rouge comme une tomate. C’est ça la solidarité d’équipe ! Lol. Il ne fallait pas que j’explose de rire à mon tour. Remarquez, la moitié du magasin était en larmes ! Je me mordais donc les lèvres afin de ne  pas rigoler. Vous imaginez ! C’était terrible pour moi. Si jamais je riais, elles allaient se retourner contre moi et me tuer sur ma chaise. Lol. Mais que c’était drôle ! Je passai les courses de Madame M le plus vite possible.
« Je vous remercie. Au revoir Monsieur.
- Passez une bonne journée. Au revoir Madame »
Puis avant de partir, elle dit:
« Au revoir Madame Pète-cul. Bonne journée. A la prochaine…
- Je suis consternée par les propos de Madame. Je ne veux même pas prendre la peine de vous répondre. »
Madame M quitta le magasin. Je passai les course de Madame X, surnommée, vous avez compris, je ne vous présente plus : Madame Pète- cul.
Une fois partie, j’eus un fou rire avec la pauvre cliente qui avait dû subir l’engueulade des deux dames devant elle ! 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Thomas 20/02/2008 18:49

LOl, madame pète-cul, fallait la trouver cella-là !!